La campagne de dénonciation de viols au Canada
19 novembre 2014
Recours contre les élections communales
9 décembre 2014

Les difficultés financières des clubs hennuyers

Question d’actualité du 03/12/2014 sur « les difficultés financières des clubs hennuyers et l’avenir incertain pour les centres de formation des jeunes» adressée à M. René Collin, ministre des Sports

 

Question – Monsieur le ministre, nombre de clubs de football hennuyers rencontrent aujourd’hui des difficultés. Mons est le dernier à en avoir fait part. Elle est loin l’époque où quatre clubs hennuyers évoluaient en division 1 ! Quand on évoque le football, on pense à quelques vedettes, à de gros salaires. En réalité, le football dans notre Fédération, c’est surtout énormément de jeunes qui voient dans cette pratique une insertion sociale et parfois aussi des perspectives de carrière. Le club de Mons en est un exemple : de nombreux jeunes joueurs comme Noë Dussenne à Bruges évoluent dans d’autres clubs professionnels. Compte tenu des difficultés financières, des contacts ont-ils été pris à propos de l’école des jeunes et, de manière générale, pour la formation? Globalement, un plan est-il envisagé pour permettre aux jeunes de s’adonner à leur passion, mais aussi pour leur donner des perspectives de carrière à plus long terme ? Dans ce cas, un travail en lien avec la fédération de football serait également nécessaire pour que la Belgique puisse à l’avenir compter sur une série de jeunes talents. Quelle est votre position ? Quelle est votre vision globale de ce sport si populaire ? Le budget du sport ne représente même pas un pour cent du budget de la Communauté française. Nous sommes à l’heure des choix, des choix difficiles. Cela n’implique pas pour autant de ne rien faire.

 

Réponse – Les clubs de division 2 rencontrent de grandes difficultés. Nous sommes en contact avec l’Union belge et la Ligue professionnelle qui ont leur rôle à jouer. D’après moi, trop de contraintes financières et sportives pèsent sur ces clubs. Il y a un véritable déséquilibre par rapport à la première division. Les pouvoirs publics ont fait des efforts pour le club de Mons. La Région y a investi 5 835 000 euros dans les infrastructures depuis 1999. Le plan Football mis en place par mon prédécesseur a permis d’investir 450 000 euros en trois ans, principalement à destination des jeunes. Le financement privé pose problème. Le budget est très lourd. Les dépenses sont trop élevées par rapport aux recettes. Je souhaite, tant pour le club de Mons que pour les autres, développer un plan qui mise avant tout sur la formation des jeunes. J’ai eu des contacts avec le club, je les poursuivrai. Des contacts ont aussi été pris avec d’autres clubs dans le Hainaut. C’est une piste parmi d’autres. Dans le plan Football, nous donnerons la priorité à l’encadrement des jeunes mais nous devrons aussi sauvegarder les clubs pour que nos jeunes puissent faire carrière dans ce sport.

 

Réplique – Monsieur le ministre, je me permets d’insister sur l’urgence. Vous parlez d’un plan Football dans les prochains mois. Les jours du club de Mons sont comptés. D’autres clubs ont déjà connu des difficultés. Je me rappelle l’urgence décrétée pour le sauvetage du Futurosport de Mouscron. Il faut absolument prendre position et vérifier si la Fédération a les moyens de sauver ce club et dans quels délais. Le club attend des réponses claires et directes. D’autres clubs attendront aussi une réponse de votre part dans les prochains mois. Enfin, je me permets d’insister sur la différence entre la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous constatons que l’essentiel des effectifs des clubs de division 1 et 2 vient de Flandre. Cela m’amène à conclure que des difficultés particulières se posent dans notre Fédération. Je vous invite à concrétiser les contacts dans les prochains jours ou semaines, parce qu’il y a vraiment urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *