anapola mushkadiz battle in heaven. vlxxnow
https://letsjerk.online summer got banged silly.
La propagande syndicale dans les écoles
18 décembre 2014
Tri sélectif au compostage dans les écoles
18 décembre 2014

Lutter contre le surpoids chez les enfants

Question orale du 18/12/2014 sur « la prévention et l’éducation des enfants et des jeunes pour lutter contre le surpoids » adressée à Mme Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance

 

Question – Nous avons pu lire récemment dans la presse que près de 48 pour cent des Belges étaient en surpoids. Outre les problèmes de santé publique, cela se répercute sur la sécurité sociale et sur le bien-être de la population. Cette question est aussi un défi pour l’école. L’étude montre en effet que ce phénomène touche de plus en plus de jeunes. On peut évidemment faire le lien entre cette situation et le manque de pratique sportive dans notre pays comparativement à d’autres. Nous avons tous en tête des cours de sport de qualité très variable selon les motivations et la valeur du professeur. Ne pourrait-on envisager que des leçons d’hygiène de vie et d’alimentation saine soient intégrées dans des cours de sport mieux structurés que ce que nous connaissons ? Sinon, pourquoi ne pas le faire durant les jours blancs puisque nous débattons régulièrement de la manière dont ces jours pourraient être utilisés ? Par ailleurs, on avait parlé, au cours de la législature précédente, d’intégrer un volet « alimentation saine » dans le cahier des charges des cantines scolaires. Où en est la généralisation de cette bonne pratique ? Les établissements ne pourraient-ils pas se charger de la prévention en cette matière, notamment par l’intermédiaire des journaux de classe ?

 

Réponse – En juin 2013, une évaluation de la diffusion et de l’utilisation du cahier des charges pour une cantine saine, savoureuse et durable a été rédigée par la Direction générale de la santé, en collaboration avec la Direction générale de l’enseignement obligatoire et le service vacances de l’ONE. Il en ressort que le lancement dudit cahier des charges a atteint ses objectifs et suscité l’intérêt, si l’on en juge par le nombre de participants à la journée d’information et d’inscriptions aux formations organisées. Selon l’enquête menée par la Direction générale de la santé auprès des participants aux formations et auprès des établissements bénéficiant de l’accompagnement, les formations semblent répondre aux attentes. Toutefois, une série de demandes indiquent qu’un soutien à plus long terme et englobant les autres acteurs scolaires est souhaité. Par ailleurs, l’intérêt de certains fournisseurs comme Sodexo pour le cahier des charges est un signe positif de prise en compte de ces critères. Des pistes méritent d’être explorées pour soutenir et pour renforcer l’utilisation du cahier spécial des charges. Les projets doivent être des projets d’établissement, pensés comme tels par tous les acteurs éducatifs et les fournisseurs. Ils doivent être accompagnés d’une pédagogie à l’alimentation saine et à la pratique du sport à l’école. C’est donc plus qu’un simple cahier des charges, c’est une philosophie qui touche à beaucoup d’autres matières. Comme mes compétences couvrent à la fois l’ONE et l’enseignement, et que c’est désormais l’ONE qui gère les politiques de santé à l’école, nous pourrons lancer des initiatives bien ciblées en fédérant les acteurs, les centres PMS et PSE. La prévention du surpoids et la promotion d’une bonne alimentation exigent une stratégie intelligente qui implique les directions et les équipes éducatives. En 2005, le gouvernement de notre Fédération avait déjà élaboré un plan de promotion des attitudes saines. Sous cinq ministres différents, quarante-six actions ont été entreprises.

 

Réplique – Madame la ministre, je vous remercie pour votre réponse et votre intérêt pour la question. Néanmoins, j’insiste sur la nécessité des cours de sport. On essaie souvent de récupérer des heures, quitte à en ajouter ou compléter des jours. Les cours de sport ont tout leur sens et sont utiles, peut-être avec une meilleure structuration, tout en respectant bien sûr l’autonomie. Ces cours pourraient être mieux exploités, ils représentent le vecteur idéal pour mener une politique d’hygiène de vie et de réduction de l’obésité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *