Conférence-débat : l’allocation universelle, tout le monde a-t-il droit à 1000 euros par mois ?
9 septembre 2015
Communiqué de presse | Taxe pylônes GSM : Marcourt ne peut nier l’incompatibilité avec la stratégie numérique du Plan Marshall 4.0.
28 septembre 2015

Communiqué de presse | Trop peu de moyens pour l’intégration des réfugiés et migrants : la Wallonie manque de volonté politique !

Communiqué de presse

« Trop peu de moyens pour l’intégration des réfugiés et migrants : la Wallonie manque de volonté politique ! »

Mons, le lundi 14 septembre 2015.

Contact : 0473/54.24.31 – 065/40.59.54 – georges-louis@glbouchez.be – glbouchez.be

Alors que l’arrivée de réfugiés bat son plein en Belgique, Georges-Louis Bouchez insiste sur la légitimité des demandeurs d’asile d’être accueillis étant donné les atrocités qu’ils ont vécues. Toutefois, sans intégration et un certain nombre d’efforts,   la vie des primo-arrivants ne pourra pas s’améliorer. Pour les y aider, les régions ont leur rôle à jouer. Alors que la Flandre est en avance sur le sujet, la Wallonie ne débloque pas les moyens budgétaires nécessaires pour l’instauration d’un parcours d’intégration complet ce qui traduit, pour le député, un manque évident de volonté politique. En effet, le Gouvernement doit se donner les moyens car ne rien faire coûtera beaucoup plus cher à l’avenir. Alors que le Ministre affirme ne pas disposer de tous les chiffres pour agir, Georges-Louis Bouchez lui répond que la Wallonie compterait environ 7000 primo-arrivants auxquels il faut ajouter les migrants dont les chiffres sont en évolution. Dans tous les cas, l’offre de cours de français arrive aujourd’hui bien en deça de la demande en Wallonie d’autant plus que 90 pour cent des primo-arrivants inscrits veulent apprendre le français.

En janvier dernier, le Ministre Prévot répondait au député qu’en la matière il entendait « prendre le temps nécessaire à construire un parcours dans le respect des personnes et des acteurs de terrain ». Georges-Louis Bouchez dénonce aujourd’hui le discours contradictoire du Ministre qui d’un côté dit qu’« il y a une volonté politique » mais de l’autre « on verra les moyens ». A l’époque, le député rappelait d’ailleurs au Ministre que « quelqu’un qui a votre poids au sein du Gouvernement et qui a cette importance, s’il a la volonté politique, il aura les moyens. » Neuf mois après,  Georges-Louis Bouchez regrette la position attentiste du Gouvernement wallon qui aurait du agir beaucoup plus tôt et beaucoup plus fort.

Lors des prochains travaux budgétaires, Georges-Louis Bouchez sera donc très attentif à ce que le Gouvernement wallon dégage les moyens à l’image du Gouvernement fédéral qui, malgré la pression budgétaire existante, a dégagé les moyens sans perdre le cap de la bonne gestion. Toute ceci en vue de donner de réelles chances d’intégration aux réfugiés et immigrés sur notre territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *