Bilan communal à mi-mandat
23 octobre 2015
Systématiser la mensualisation de la facture d’eau
7 novembre 2015

1 an d’action parlementaire : vos préoccupations sont mes priorités !

Mes chers amis,

 

Voilà un an, je prêtais serment au Parlement de Wallonie ainsi qu’au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles grâce à l’extraordinaire marque de confiance témoignée lors des élections de mai 2014 : 4.535 voix de préférence des Montois ! Je vous en remercie infiniment. La grande responsabilité que vous m’avez confiée me rappelle chaque instant combien les principes d’exemplarité, de transparence et de bonne gestion des deniers publics doivent toujours être au cœur de mon engagement. Cet anniversaire est l’occasion pour moi de vous présenter successivement le bilan de mon travail parlementaire, mon implication continue et ambitieuse pour la Ville de Mons ainsi que ma contribution au sein du MR. Enfin, nous parlerons d’avenir…

 

La grande responsabilité que vous m’avez confiée me rappelle chaque instant combien les principes d’exemplarité, de transparence et de bonne gestion des deniers publics doivent toujours être au cœur de mon engagement.

 

Les politiques régionales et communautaires constituent des leviers de développement indispensables pour la Cité du Doudou et la région montoise. D’ailleurs, mon action parlementaire, diverse et variée, permet de répondre directement à nombre de vos préoccupations. Mes visites sur le terrain et la multiplication des permanences à mon bureau en sont la preuve directe. Vous pouvez d’ailleurs retrouver mes nombreuses interventions ici pour le Parlement de Wallonie et ici pour le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Sur les nombreux thèmes abordés, j’agis sur deux fronts : Premièrement, je contrôle minutieusement l’action (et l’inaction) des ministres avec déjà plus de 400 interpellations, questions orales, écrites et d’actualité. Deuxièmement, j’entends constituer une force de propositions concrètes pour améliorer votre quotidien, celui de nos entreprises et notre vie en société.

 

DSC_0135

Les débats relatifs aux finances publiques et à leur bonne gestion me tiennent particulièrement à cœur. Ainsi, mon implication se traduit par une analyse minutieuse des budgets et des comptes de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mes interventions face au ministre du budget lors des nuits passées sur le budget 2015 et le débat sur la taxe kilométrique en témoignent. La question du retour à l’équilibre des comptes publics, le niveau de la dette, les effets d’une certaine tendance à la « rage taxatoire » sur les activités de nos entreprises, les dépenses sur- ou sous-évaluées, la réduction des délais de paiement des pouvoirs publics, la bulle des « certificats verts », l’augmentation des taxes relatives à la gestion des déchets, la réduction des coûts de l’administration, les gabegies et la vigilance quant aux détournements de fonds et de biens publics sont quelques unes de mes préoccupations.

Les débats relatifs aux finances publiques et à leur bonne gestion me tiennent particulièrement à cœur.

L’emploi et la formation méritent également une grande attention. A cet effet, je plaide régulièrement pour la promotion de l’entrepreneuriat, les métiers porteurs et une meilleure orientation professionnelle des élèves. En matière de logement, mes actions se concentrent sur le logement public qui doit dépanner plutôt qu’être considéré comme une solution à vie. La politique de la ville et l’état de son commerce intra-muros me préoccupent particulièrement. Ainsi, la lutte pour une coordination accrue des travaux liés aux « impétrants » ou encore ma proposition de résolution pour pérenniser les ASBL de gestion centre-ville relèvent de mes actions en la matière.

 

10009853_974642609245279_8714024734508852231_nJe me mobilise également pour le développement d’une économie numérique : une chance pour notre Région en pleine reconversion industrielle ! Ainsi, le développement des « smart cities » est essentiel à condition de s’en donner les moyens… C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai été l’un des premiers à plaider pour la suppression de la taxe sur les mâts et pylônes GSM qui crée une fracture numérique. Le plan Marshall est aussi un outil intéressant à condition que le Gouvernement fixe des objectifs quantifiables et précis pour ne pas nécessairement devoir continuellement subsidier ces politiques. Ainsi, l’évaluation des politiques publiques doit être renforcée pour que les deniers publics soient utilisés de la manière la plus optimale. D’ailleurs, le secteur privé doit profiter d’incitants pour investir de manière alternative dans toute une série de politiques publiques sous-financées aujourd’hui. A cet effet, j’ai entre autres soutenu une proposition visant à favoriser les prêts de particuliers vis-à-vis d’une entreprise moyennant avantage fiscal et permettant de soutenir les PME en Wallonie (« WalWin »). Le Sport mobilise également mon énergie en restant vigilant quant au soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles envers les écoles de jeunes.

 

Je me mobilise également pour le développement d’une économie numérique : une chance pour notre Région en pleine reconversion industrielle !

 

Sans oublier mon attachement à la défense de la plus grande exemplarité et l’efficacité des pouvoirs publics. A ce sujet, mes interventions sont nombreuses : politisation dans l’attribution de subsides, abus de la part de certains fonctionnaires (une minorité), mauvaise planification de chantiers routiers et la lutte contre les abus syndicaux sont des exemples parmi d’autres.

 

Je vous l’ai déjà dit, mon travail parlementaire n’aurait pas de sens sans mon implantation locale et mon engagement pour Mons et son agglomération. C’est au gré de nombreux échanges avec la population et les forces vives que je relaye les sensibilités de ma région à la tribune des parlements. Ainsi, ma première priorité est la Ville de Mons. A mi-mandat communal, le MR montois a déjà réalisé 80 pour cent de son programme ! En effet, nous avons réduit les coûts des mandats et des cabinets, indemnisé les commerçants pour faire face aux travaux (inédit en Wallonie !), créé des jardins et potagers communautaires, placé des caméras de dissuasion pour plus de sécurité, créé des bornes wi-fi gratuites dans la ville, créé une billetterie unique, revu le circuit des bus gratuits et enclenché la privatisation des parkings, offert trente minutes de stationnement gratuit et donné plus de proximité entre Mons 2015 et les habitants. Des améliorations seront apportées mais notre force de propositions s’est bel et bien concrétisée en capacité d’actions ! N’oublions pas non plus les autres réalisations toutes aussi importantes : Mons a maintenu l’IPP le plus faible des grandes Villes de Wallonie et de l’arrondissement ; un budget nouveau de 100.000 euros a été débloqué pour les clubs sportifs ; POLLEC, programme visant à réduire de 20 pour cent les émissions de CO2 à l’horizon 2020, a été lancé ; le parking gratuit le samedi est désormais une réalité ; et bien d’autres éléments à consulter ici  dans le bilan communal à mi-mandat du MR de Mons.

 

Des améliorations seront apportées mais notre force de propositions s’est bel et bien concrétisée en capacité d’actions !

 

12119912_10207174294188651_7433828714124401506_oMalgré toutes ces bonnes nouvelles, nous sommes bien évidemment en ordre de marche pour améliorer les processus existants et achever certains projets essentiels. Ainsi, sachez que le rétablissement du ramassage des encombrants ainsi que la révision de la taxe « immondices » pour qu’elle soit plus équitable mobiliseront toute mon énergie dans les semaines et mois à venir. Enfin, mes efforts de tous les jours se concentrent sur l’emploi et la bonne gestion des finances communales. Je veille à ce que l’on reste dans les cordes budgétaires pour un retour à l’équilibre au plus tard en 2020, essentiel pour garantir un avenir serein.

 

Les actions politiques ambitieuses que je mène sont naturellement collectives. A ce titre, les activités avec les adhérents et sympathisants du Mouvement réformateur trouvent une place toute particulière dans mon agenda. Vous rencontrer et échanger sont un réel plaisir et un besoin pour mieux vous servir. Ainsi, mon repas annuel de ce samedi 24 octobre, le verre de fin d’année sont quelques unes des occasions pour mieux nous connaître. Aussi, je m’inscris pleinement dans les instances du parti à tous les niveaux : mes nombreuses interventions au Conseil du MR les lundis matin, la mise en place d’un groupe de réflexions avec des jeunes élus, mon implication dans les réunions préparatoires au Congrès idéologique de 2016, etc. C’est ensemble que nous ferons triompher nos valeurs et nos ambitions !

 

Mons 2015 est un succès, nous devons profiter de cette opportunité pour le futur de la Ville. Toutefois, les horizons doivent être élargis : un nouveau plan Mons 20-30 visant à améliorer le cadre de vie des Montoises et des Montois a été présenté récemment. Cette démarche multiple formule l’ambition pour Mons de devenir la « Capitale verte de l’Europe ». Suite à la Capitale européenne de la Culture, il s’agit ici d’une stratégie plus globale qui a l’avantage de prendre en compte de nombreux paramètres du cadre de vie comme les transports, le renouvellement urbain, un mode de vie plus sain pour les habitants, etc. C’est pour cette raison que nous faisons appel à vous, mes chers amis, venant des 19 communes de Mons,  afin de participer à l’élaboration d’un nouveau projet fédérateur pour qu’au delà 2015, tout le monde ait envie de dire « Je suis Montois. Et toi ? ».

 

12088353_971857449523795_4680818568354017317_nCe projet d’avenir s’inscrit directement dans ma volonté d’aller de l’avant, de dépasser les lignes, de préparer la société de demain… En tant que jeune député avec une sensibilité locale forte je me dois de réfléchir à la mise en place d’idées nouvelles, iconoclastes aujourd’hui sans doute mais faisant partie des éléments de succès de notre avenir je l’espère. C’est dans ce sens que je suis occupé à développer les activités du Cercle Roger de Looze, cercle de réflexion d’inspiration libérale mais ouvert à toutes les sensibilités en vue d’élargir le débat. Ainsi, la mise en place d’une allocation universelle pour une réelle liberté des citoyens, mes réflexions partagées sur l’ouverture du vote communal aux jeunes de 16 ans, l’importance des leviers fiscaux pour une société plus entreprenante, libre et durable, le nivellement vers le haut de l’Ecole qui doit donner la chance à chacun de donner le meilleur de soi, des cours de citoyenneté pour relever le défi du vivre-ensemble ainsi que les leviers de la Francophonie, source de développement socio-économique, sont les grandes thématiques qui m’animent. Aucun sujet n’est tabou, seule l’inaction est en dehors de mon projet.

 

Je me dois de réfléchir à la mise en place d’idées nouvelles

 

Ainsi se clôture le deuxième bilan de mon action politique pour le redressement de notre région au service des Montoises et Montois. Travail, travail et travail sont les maîtres-mots de ma démarche alors n’hésitez pas à me rejoindre pour apporter votre pierre à l’édifice.

 

Au plaisir d’échanger prochainement, je suis à votre écoute ! Vous pouvez compter sur moi.

 

Georges-Louis

1 Comment

  1. Vansnick dit :

    Georges-Louis,
    à juste titre tu écris : « Je me mobilise également pour le développement d’une économie numérique ».

    Si l’on veut développer une économie numérique, cela doit se penser dès l’école. Aujourd’hui les initiatives dans ce sens sont une catastrophe. Il suffit de voir le projet Ecole numérique 3 où les lauréats ont reçu le matériel début octobre 2015 alors que des heures de ntpp (des périodes de cours) ont été octroyées depuis le 1er janvier. Donc un gaspillage énorme de plus de 9 mois de ressources horaires.
    On aurait pu croire que ces heures, en l’absence de matériel, aient été mises à profit pour former les enseignants en charges des projets… que non, c’est seulement maintenant qu’on leur propose des formations à l’usage de tablettes.

    La plupart des projets risquent de ne déboucher sur rien, si ce n’est un nouveau gaspillage des fonds publics et des élèves et enseignants en retard de formation par rapport aux nouvelles technologies.

    En fait, je crois qu’ils ont dégagé des budgets mais qu’ils ne savent pas comment les utiliser utilement…. ou alors, version plus cynique, ils planquent des potes incapables pour gérer le truc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *