« Les magistrats Luc Hennart et Manuela Cadelli sont des porte-paroles du PS »
20 mars 2018
Mons, conseil des jeunes : «Questions qui fâchent écartées»
29 mars 2018

Un conseil communal où les citoyens ont manifesté leur soutien au Plaza Art …

Un conseil communal où les citoyens ont manifesté leur soutien au Plaza Art et leur incompréhension par rapport à la passivité de la Ville qui connaissait les problèmes depuis 2010 au moins ! Ces reproches légitimes sont d’ailleurs également ceux d’artistes comme les frères Dardenne

Plaza Art: une carte blanche cosignée par J.-P. Dardenne

Nous avons proposé une solution pratique et pragmatique: Que l’on puisse recevoir le cahier des charges des travaux ainsi que les rapports des pompiers des dix dernières années sans délai.
Sur cette base, d’organiser une commission qui devra étudier trois aspects:

1. Des solutions de transition. En effet, il est fou que le collège n’ait prévu aucune alternative pour le public de ce cinéma en attendant la réouverture. Des alternatives temporaires sont possibles. Nous en avons proposé.

2. Le cahier des charges et y apporter les modifications nécessaires afin de faire baisser les coûts aux seuls travaux indispensables de sécurisation pour permettre une réouverture la plus rapide possible.

3. Les modes de financement: Soit 100% public, soit la solution privée ou encore une possibilité totale ou partielle de prise de participation des citoyens dans leur cinéma de centre Ville. Quelle que soit la solution retenue, il est certain que ce cinéma doit rester d’art et d’essai, en remplissant les objectifs du contrat programme ainsi que ses missions d’éducation permanente, d’initiation au cinéma et à ses métiers.

Enfin et au surplus, il n’est plus acceptable que le Conseil d’Administration de cette structure soit à 100% PS en ce qui concerne ses représentants politiques, en totale violation du pacte culturel. Un recours sera déposé sur ce point afin de permettre l’ouverture et le rassemblement de toutes les forces montoises !

Le deuxième gros dossier fut le parking de la place Nervienne. Notre groupe réclame un nouveau parking depuis près de 10 ans maintenant et notre choix était ce lieu. Le manque de places de parking et leur réduction a porté une atteinte grave et majeure au Centre Ville de Mons.
Nous voulons toujours plus de places de parking mais l’espace a changé avec l’apparition du parking à la gare, celui construit par Breg dans le bas du piétonnier (qui sera confié à un privé) ainsi qu’un nouveau projet sur la place de Bootle. Par ailleurs, le sens de circulation au sein de la Ville doit être revu afin de faciliter l’accès des parkings aux automobilistes SANS qu’ils ne doivent traverser le centre Ville qui doit être majoritairement piéton. Mais pour cela, des parkings doivent se trouver tout autour du périmètre piéton avec un sens de mobilité cohérent et en phase avec les besoins.

Or ici, aucun plan global ne nous a été présenté. Juste un semblant d’étude se basant sur des analyses et des chiffres de … 2000 ! C’est une mesure « sauve qui peut » juste avant les élections pour amortir le choc. Comme en 2012 où de belles promesses avaient été faites mais sans lendemain, exactement par les mêmes personnes :

Nous avons rappelé notre proposition de confier cette gestion à une société privée. Cela risque de couter trop cher aux montois nous disent ils, oubliant que depuis que j’ai quitté l’échevinal des Finances, ils ont passé la taxe de stationnement de 15,00 à 25,00 €. Mais savez vous que ce nouveau parking public va couter 8 millions d’argent venant de vos impôts, c’est à dire 35.000,00 euros la place de parking ? A ce prix, vous pouvez vous en payer des heures de parking…

Par ailleurs, la gestion publique a amené à la fermeture totale du parking Grand Place. Là aussi, on nous reproche d’être de mauvaise foi car cette fermeture est faite afin de réaliser des travaux. Avez-vous déjà vu un parking géré par une privé totalement fermé pendant six mois, hormis une catastrophe ? Jamais ! Pourquoi ? Car l’entretien doit être régulier avec des étages parfois indisponibles mais jamais l’entièreté.

Car il est agréable de recevoir des subsides pour réaliser des bâtiments mais personne ne pense jamais à l’entretien de ceux-ci. Or l’entretien se fait avec le budget ordinaire de la Ville. Et celui-ci était de 170 millions avant que nous ayons 13 sites dans le pole muséal et sera toujours de 170 millions après la construction d’un parking public supplémentaire. Il faut donc être réaliste et cesser de vouloir toujours gérer plus avec le même budget. Il faut être créatif, oser et innover !

Une nouvelle fois, une majorité en manque de vision, de souffle et d’organisation qui essaie de sauver les apparences mais oui nous sommes devant un système en faillite. Un autre avenir est possible à Mons et nous le prouvons et prouverons chaque jour car ce qu’on veut, c’est MonsenMieux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *