Téléchargez mon programme ici

L'audace de l'optimisme

Candidat à la présidence MR

Comme vous le savez maintenant, je suis candidat à la présidence du MR – Mouvement Réformateur.

Pourquoi avoir posé ce choix ? À l’heure où la société évolue de plus en plus rapidement, où les défis sont nombreux, je compte bien apporter mon dévouement sans limite, mon énergie et une vision moderne dans la gestion du parti tout en m’appuyant sur l’expérience et les talents de Willy BorsusSophie Wilmes et Pierre-Yves Jeholet ainsi que l’ensemble de nos chefs de groupes, élus et collaborateurs.

À ce titre, ma jeunesse est un atout pour intégrer un monde nouveau qui s’ouvre à nous. Mariée à l’expérience de mes collègues, cela permettra à notre équipe de mieux se déployer et d’être plus efficace. Comme au football, où les joueurs ne doivent pas tous avoir les mêmes qualités, c’est dans la diversité des profils que nous pourront extraire le meilleur de chacun.

D’autant que mon parcours militant est déjà ancien ! Engagé au MR depuis 2005, j’ai été conseiller au cabinet de Didier Reynders durant quatre ans, ensuite Echevin de la Ville de Mons et député wallon. La campagne 2019 marque un tournant grâce à l’expérience acquise aux côtés de Charles Michel. Désormais délégué général du MR et Sénateur, j’ai travaillé étape par étape, venant d’une famille totalement étrangère à la politique. De 14ème candidat sur une liste communale à Mons à candidat à la présidence aujourd’hui.

Si je me permets cette impudeur de dévoiler ces quelques éléments personnels, c’est pour illustrer à quel point le mouvement libéral et réformateur est en moi. Cette candidature n’est pas un hasard, c’est le fruit d’un long cheminement, fait de nombreux coups durs mais aussi de succès collectifs.

Alors aujourd’hui, je veux porter avec vous le projet libéral et réformateur, l’expliquer sur le terrain pour que chacun sache qu’il est le seul à être émancipateur, le seul qui permet à un individu de quitter ses conditions d’origine pour choisir la vie qu’il désire. Nous devons pour ce faire garantir l’égalité des possibles. Pas une liberté sans encadrement ou une égalité théorique. Mais bien la possibilité pour tous d’avoir les outils d’exercer effectivement cette liberté et d’avoir véritablement les moyens de poser de véritables choix.

C’est la raison pour laquelle, dans un monde de plus en plus complexe, l’enseignement devra être la première politique des libéraux et réformateurs. Celle qui doit donner les clés pour comprendre et appréhender le monde.

Cette campagne sera aussi l’occasion d’aborder les questions d’organisation interne du mouvement. Avec la création d’un parlement interne des élus locaux, la prise en charge de sujets concrets par différentes personnalités réformatrices et débattus avec les membres, une communication interne et externe revue, …

Je compte bien développer et débattre ces propositions concrètes avec vous. Dès lors, n’hésitez pas à poser vos questions ou à proposer une réunion à la maison ou au sein de votre section en envoyant un courriel à georges-louis@glbouchez.be

Nous devrons maintenant poser des choix, ceux-ci devront être audacieux car le conservatisme ne nous permettra pas d’incarner le progrès auquel nous aspirons. Soyons optimistes car le projet libéral et réformateur est porteur d’espérance dans la confiance qu’il fait en l’Homme.

Le parti libéral est le plus vieux d’Europe, créé en 1846 au sein du salon gothique de l’hôtel de Ville de Bruxelles, où la photo de lancement de campagne a été prise, nos racines sont fortes. C’est pourquoi nous devons avoir les pieds dans l’Histoire et les mains tendues vers l’avenir.

Totalement engagé à vos côtés, ayez l’audace de l’optimisme !