Côté libéral, le principal vainqueur du scrutin pourrait bien s’appeler Georges-Louis Bouchez. Lui-même en est convaincu. Et il existe des raisons objectives de confirmer son analyse.

Mons en Mieux a atteint un objectif : briser le plafond de verre des 20 % sur lequel se fracassaient tous les mouvements d’opposition au PS depuis un quart de siècle. Score final : 21,49 %.

Depuis son passage au Centre Jean Gol doublé d’une étiquette d’« agitateur d’idées » pour le MR, le Montois s’est imposé dans le paysage politique francophone. Il s’est aussi assuré de solides adversaires, y compris à l’intérieur de son parti. Mais avec le scénario écrit dans sa ville d’élection, Georges-Louis Bouchez pense avoir franchi un nouveau cap. Rendez-vous en mai 2019 et après…

(à lire sur www.lesoir.be)

17 octobre 2018

Georges-Louis Bouchez, l’exception libérale qui gagne

Côté libéral, le principal vainqueur du scrutin pourrait bien s’appeler Georges-Louis Bouchez. Lui-même en est convaincu. Et il existe des raisons objectives de confirmer son analyse. […]
17 octobre 2018

G-L Bouchez: «Je suis prêt à laisser ma place au collège!»

… le PS n’a plus que 22 sièges, plus celui de John Joos. Il n’a donc plus la majorité et pour moi notre objectif est atteint ! […]
5 septembre 2018

Met een MR-lijst zouden deze mensen zelfs niet naar me willen luisteren

Partij is eigenlijk het verkeerde woord. Met ‘Mons en Mieux’ groepeert Bouchez volk van verschillende gezindten. Hij en kamerlid Richard Miller (derde plaats) zijn volbloed liberalen […]
1 septembre 2018

Marc Equipart, de la protection animale à «Mons en Mieux!»

Georges-Louis Bouchez est pour sa part ravi d’accueillir un candidat dont les préoccupations coïncident, à ses dires, avec celles de son mouvement politique, « Mons en Mieux ! » […]