Pour le libéral, une union sacrée est nécessaire. “Notre région ne peut pas se payer le luxe de la déperdition“, poursuit le conseiller d’opposition. “Depuis des années, les politiques distribuent des subsides à un club puis à un autre, sans développer une véritable vision globale. Aujourd’hui, on parle de rapprochement sans dire quoi ni comment. Il faut un projet clair.

(article à lire sur www.dhnet.be )

4 janvier 2019

Georges-Louis Bouchez veut faire des Francs Borains un club pro pour porter les couleurs de Mons-Borinage

Pour le libéral, une union sacrée est nécessaire. “Notre région ne peut pas se payer le luxe de la déperdition“, poursuit le conseiller d’opposition. “Depuis des […]